Expérimentation sur la collecte des biodéchets

Une expérimentation sur la collecte et le tri des biodéchets a été réalisée de décembre 2021 à juillet 2022 sur les villes de Guibeville, Cheptainville, Leuville-sur-Orge et Saint-Michel-sur-Orge, les résultats de la collecte test des biodéchets confirment que la méthode choisie par l’Agglo est efficace aussi bien d’un point de vue technique qu’environnemental. Découvrez le bilan encourageant de cette opération.

Retour sur l’expérimentation de tri des biodéchets

40%. C’est ce que représentent les biodéchets dans les ordures ménagères produites par les Cœur d’Essonniens.

Ces biodéchets sont constitués des déchets organiques qui se décomposent naturellement : restes de repas ou de leur préparation, aliments périmés…

Aujourd’hui, ils ne sont pas triés et finissent incinérés. Or, il est possible de les valoriser de manière plus pertinente. Mais pour cela, il est nécessaire de les trier.

L’ajout d’une collecte produirait différents effets néfastes

  • fourniture de nouveaux bacs,
  • émissions dues à la circulation de camions supplémentaires,
  • et plus largement, utilisation de matières premières non renouvelables et d’énergie.

C’est pourquoi, l’Agglo a fait le choix de lancer une expérimentation pendant 8 mois pour tester un système novateur de tri optique de sacs pour les biodéchets. Et ce, bien en amont de la mise en œuvre de la loi de 2024 qui prévoit que tous les habitants devront disposer d’une solution de tri pour leurs biodéchets.

Une expérimentation sur 4 villes du territoire

Des habitants de Guibeville, Cheptainville, Leuville-sur-Orge et Saint-Michel-sur-Orge, choisis pour l’expérimentation, ont ainsi reçu des sacs verts et un bioseau pour trier leurs biodéchets. Ils devaient déposer le sac vert ainsi rempli de biodéchets dans la poubelle d’ordures ménagères, pour qu’il puisse être collecté et séparé sur l’éco-site de Vert-le-Grand grâce à un trieur optique et des robots. Ces biodéchets étaient ensuite méthanisés (transformés en biogaz) et utilisés pour le compostage.

Des résultats positifs et encourageants

3 841 foyers ont reçu un kit pour l’expérimentation. Environ 20% de ces foyers ont
participé à la collecte des biodéchets, soit 1 foyer sur 5.

Plus de 38 tonnes de biodéchets ont pu être collectées et triées et donc détournées de l’incinération au profit de la méthanisation.

1,35 tonne de biométhane (biogaz) produite soit environ 49 tournées de collecte d’ordures ménagères réalisées avec des bennes roulant au GNV (gaz naturel pour véhicule).

Environ 33 tonnes d’amendement organique (ou compost) produites.

88%, c’est le taux de pureté du gisement collecté (taux de refus : 12%). Ce taux très encourageant montre que les consignes de tri ont été bien respectées et comprises.

Ces résultats montrent qu’il est possible de trier ses biodéchets sans avoir besoin de collectes et de bacs supplémentaires et donc sans faire circuler des camions bennes en plus sur le territoire. Ce bilan permettra d’évaluer la possibilité de mettre en place ce type de collecte des biodéchets à l’échelle de notre territoire d’ici 2024.

C’est grâce à la participation et à l’implication des habitants de Guibeville, Cheptainville, Leuville-sur-Orge et Saint-Michel-sur-Orge que ces résultats encourageants ont pu être observés. Nous tenions à les en remercier !

FAQ

Une large partie des biodéchets est encore aujourd’hui incinérée. Or, les déchets organiques sont très riches en eau (de 60 à 90%) et les incinérer revient donc à brûler de l’eau. Une dépense d’énergie est nécessaire et oblige à alimenter le four de l’incinérateur avec des déchets dont le pouvoir calorifique inférieur (PCI) est bien plus élevé pour permettre une combustion à température constante, comme l’exige un incinérateur pour bien fonctionner… mais les déchets à haut PCI sont la plupart du temps des déchets recyclables, par exemple les papiers, cartons et plastiques ! Incinérer des biodéchets est donc un non-sens pour la préservation de l’environnement !

C’est pourquoi il est urgent de les séparer à la source afin d’assurer leur retour au sol.

Par ailleurs, la loi prévoit que tous les habitants disposent d’une solution de tri à la source de leurs biodéchets avant le 1er janvier 2024.

Dans cette perspective, à la recherche du dispositif le plus efficace, Cœur d’Essonne Agglomération lance une grande expérimentation sur une partie de son territoire. Il s’agit de collecter les biodéchets dans des sacs à part mais qui pourront être jetés ensuite dans le bac habituel des ordures ménagères. Une fois arrivés à Vert-le Grand, site de valorisation des tous les déchets de CDEA, les sacs de biodéchets seront séparés des ordures ménagères grâce à un robot trieur-optique.

Les habitants concernés par l’expérimentation pouvaient déposer leurs biodéchets (voir ci-dessous) dans des sacs verts. Ils devaient ensuite déposer ces sacs bien fermés dans la poubelle des ordures ménagères.

Le reste des ordures ménagères (les déchets non recyclables, et hors biodéchets) devaient être placées dans des sacs poubelles classiques fermés, et également déposées dans le bac à ordures ménagères.

Les deux types de déchets étaient collectés par un seul et même camion, ce qui évitait de démultiplier les bacs de collecte et les camions sur les routes.

Enfin, une fois arrivés à Vert-le-Grand, site de valorisation des tous les déchets de CDEA, les sacs de biodéchets étaient séparés des ordures ménagères grâce à un robot trieur-optique. Chaque type de déchets suivait ensuite sa propre filière de valorisation.

Les biodéchets correspondent aux déchets organiques issus de ressources naturelles végétales ou animales. Les biodéchets ont la capacité de « pourrir », c’est pourquoi on les appelle également putrescibles ou fermentescibles.

Pour cette expérimentation, ils étaient constitués principalement des déchets de cuisine :

  • Restes de repas : poisson, crevettes, viande, pâtes, pain, croûtes de fromage…
  • Déchets de préparation de repas : épluchures de fruits et légumes, coquilles d’œufs…
  • Café et thé avec filtres et sachets en coton ou papier.
  • Aliments périmés sans emballage : yaourts, aliments sous vide, plats préparés, gâteaux…
  • Essuie-tout, mouchoirs, serviettes en papier.
  • Fleurs fanées.

Tous les déchets alimentaires biodégradables, ainsi les feuilles d’essuie-tout et les mouchoirs en papier.

Sauf, les coquilles des coquillages (moules, huîtres, bulots), qui ne sont pas biodégradables.

Important : les déchets déposés dans les sacs verts ne devaient pas être contenus dans des emballages. Par exemple, les produits périmés devaient être vidés directement dans les sacs verts, et les emballages dans le bac jaune du recyclage.

Non, seuls les déchets alimentaires devaient être placés dans les sacs verts.

Chaque foyer rentrant dans le périmètre de l’expérimentation recevait un bioseau, deux rouleaux de sacs verts biodégradables (soit 46 sacs), ainsi qu’un courrier et une plaquette explicatifs.

Ce matériel était nécessaire pour participer à l’expérimentation :

  • Le bioseau servait de petite poubelle de cuisine. Les sacs verts pouvaient y être placés pour y déposer les biodéchets.

Attention, les bioseaux ne devaient pas être présentés directement à la collecte. Les sacs verts des biodéchets devaient être déposés dans le bac des ordures ménagères pour être collectés.

  • Les sacs verts servaient à séparer les biodéchets du reste des ordures ménagères (déchets non recyclables).

Si vous donnez une partie de vos biodéchets à vos poules (ou autres animaux), ou que vous les déposez dans un composteur, il faut continuer dans cette voie : vous faites déjà un geste pour la planète, en revalorisant vos biodéchets sur place, ce qui reste la meilleure solution de valorisation !

L’expérimentation a débuté la semaine du 29 novembre 2021, pour une durée initiale de 6 mois (27 semaines précisément), soit jusqu’à la semaine du 4 juin 2022. Elle a été prolongée jusqu’à la fin du mois de juillet 2022.

Quatre Communes pilotes avaient été choisies afin d’avoir des résultats sur des types d’habitats variés, pour tirer un maximum d’enseignements de l’expérimentation :

  • Cheptainville et Guibeville, habitat pavillonnaire de type rural
  • Leuville-sur-Orge, habitat pavillonnaire de type urbain
  • Saint-Michel-sur-Orge, habitat collectif

Cette expérimentation ne concernait que les quartiers desservis par des collectes en bacs. Si vous déposiez vos ordures ménagères dans des bornes d’apport volontaire, vous n’étiez donc pas concernés.

Pour des questions d’hygiène, et afin de garder votre bioseau propre, nous vous recommandions de mettre vos sacs verts une fois par semaine dans votre bac, même non remplis. Néanmoins, si votre bac d’ordures ménagères n’était pas rempli, il n’était pas nécessaire de le sortir pour la collecte à chaque passage de la benne.

En jetant dans votre bac d’ordures ménagères les biodéchets dans les sacs verts dédiés chaque semaine, votre bioseau devait rester propre. Néanmoins, nous vous avions conseillez de nettoyer votre bioseau une fois par semaine, ou toutes les deux semaines, selon son état de propreté.

En l’absence des habitants, les agents chargés de la distribution avaient pour consigne de déposer le matériel sur les pas de portes.

Aussi, vous retrouviez votre bioseau, vos rouleaux de sacs, et les outils de communication (courrier et plaquette d’information) à votre retour, devant votre domicile.

L’ensemble des foyers concernés recevaient le matériel la semaine précédant le lancement de l’opération, soit au plus tard le 25 novembre 2021.

Si vous pensiez avoir été « oublié », il fallait prendre contact avec le Pôle Prévention et gestion des déchets : 0800.293.991 ou dechets@coeuressonne.fr

Chaque foyer concerné recevait 46 sacs verts, soit 2 rouleaux.

L’expérimentation dura 27 semaines, vous aviez à votre disposition environ 2 sacs par semaine. Vous deviez donc avoir suffisamment de sacs verts pour la durée de l’expérimentation.

Néanmoins, si vous aviez besoin de davantage de sacs verts, il fallait prendre contact avec le Pôle Prévention et gestion des déchets : 0800.293.991 ou dechets@coeuressonne.fr

Pour toute question ou information complémentaire, le Pôle Prévention et gestion des déchets est à votre écoute : 0800.293.991 ou dechets@coeuressonne.fr

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×